Modéliser la gestion Multi-Projets (3)

Construction du graphique

Le moteur permet donc de calculer toutes les données nécessaires pour construire notre graphique. Mais comment celui ci est il construit ? Avec toutes les informations, comment rester simple dans la construction du modèle ?

Pour construire le graphique, nous allons donc calculer pour chaque semaine les charges à prévoir pour chaque projet (congrès) ainsi que la capacité en terme de ressources.
Enfin, pour visualiser la semaine en cours sur le graphique, nous aurons une ligne appelée “Semaine en cours” dans laquelle nous aurons une valeur égale à 0 si la semaine n’est pas la semaine en cours mais sera égale à 20 (pour notre exemple) pour la semaine qui correspond bien à la semaine courante. Pour faire simple, nous avons choisi la valeur 20 car elle correspond à 5 jours par sem. x 4 employés.
Les zones en fond rouge correspondent aux semaines qui sont en surcharges (capacité < charge) avec un delta de 5% ou 10% selon le modèle.
Vous pouvez constater que nous avons par exemple 0,43 jours par semaine pour le congrès 9. Bien sûr dans la réalité, cela n’a aucun sens. Mais cette valeur permet de nous donner une tendance de la charge allouée à ce projet pour ces semaines (Sem 1 à Sem 6).
Encore une fois, il s’agit d’un modèle basé sur des statistiques et observations et ne fourni pas des données précises mais une tendance fiable sur les charges et les délais des projets à venir.
Constatons le bouton “CALCULER”. Il permet de lancer les calculs d’après les hypothèses variables et fixes et ainsi recalculer l’ensemble du tableau.
Dans l’exemple utilisé, les congés des employés sont saisis manuellement dans le fichier Excel. Toutefois, dans un des modèles que j’ai créé pour des clients, nous allons chercher directement les informations dans la base de données RH. Nous verrons dans le prochain article les différentes possibilités que nous pouvons ajouter dans ce type de modèle.
Pour fini, voici donc un petit rappel du graphique que nous pouvons construire d’après le tableau ci-dessus:
Nous pouvons voir que la semaine courante est la semaine 40 et que nous pouvons identifier des périodes de surcharges et des périodes de sous-activité. Le graphique ne doit pas être plus compliqué, il doit rester simple, lisible afin d’être opérationnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *