Outils pour le recueil du besoin

La modélisation financière est un projet en soi et ne se construit pas uniquement avec des formules EXCEL, d’autant plus qu’un modèle doit répondre à un besoin et de ce fait est unique. La construction d’un modèle financier nécessite donc un certains nombre d’étapes:
  1. Recueil du besoin
  2. Valider le besoin
  3. Recueil des données (Bilans, Comptes de résultats, reporting, tableau de flux de trésorerie … – voir articles d’où viennent les données)
  4. Construire l’architecture du modèle (voir les standards proposés par SSRB)
  5. Rechercher si certaines parties du modèle peuvent être réutilisées (il est important d’avoir un référentiel de ses propres modèles en utilisant par exemple un outil de GED – Gestion électronique de documents ou plus simplement un fichier Excel qui référence les différents modèles et ses caractéristiques)
  6. Construire le modèle en revoyant régulièrement le client pour s’assurer qu’il répond à ses attentes (méthode agile)
  7. Vérifier cohérence globale des données (onglet pour vérifier équilibre des données) afin de limiter les risques d’erreur
  8. Tester le modèle (en ajustant les variables, impressions, …), on pourra utiliser la méthodologie Managed Testing basée sur la stratégie de tests dont le principe est de rapprocher les besoins avec les risques.
  9. Réaliser la documentation technique et fonctionnelle du modèle (en général directement dans le modèle)
  10. Livrer le modèle au client avec la documentation et prendre le temps de lui expliquer.
  11. Capitaliser (cf. point 5 sur l’outil de GED par exemple).
Je vous propose dans cet article de vous parler de la première étape: le recueil des besoins.
1- Recueil du besoin
La première étape est donc de bien comprendre le besoin, la finalité du modèle à créer. C’est sans doute l’étape la plus importante.
Par exemple, pour la construction d’un plan stratégique, le modèle financier est particulièrement utile, mais quelles sont les simulations à mettre en oeuvre ? et que souhaite analyser le client ?
Pour le trésorier, la modélisation financière peut s’avérer également utile afin de suivre certains indicateurs de performance. Le besoin peut également être bâtir une prévision précise des flux financiers futurs selon diverses hypothèses qu’il faudra définir avec le client. 
Et ce ne sont que deux exemples parmi une multitude de possibilités. Réaliser un modèle qui ne répond pas aux besoins du client (en reprenant un ancien modèle par exemple) sera sans aucun doute un modèle financier inutile et le client risque de ne plus faire appel à vous.
 
Outre les outils, il est important de bien maîtriser les techniques d’entretiens qui seront nécessaires pour être bien à l’écoute du client. En effet, l’écoute est essentielle !

Outils possibles:

MIM (Modèle d’Intervention du Management):

Avant de présenter les outils, je tiens à parler d’un livre permettant de mieux comprendre l’entreprise dans son environnement. Référence du livre: “Management de l’entreprise” de Raymond LEBAN (éditions de l’organisation). Voici un petit schéma du modèle:


L’idée de ce modèle est de présenter 16 principes rattachés à chacune des parties du schéma. L’intérêt de ce modèle est de se positionner en tant que gestionnaire afin de bien comprendre les besoins potentiels et de ne pas forcément se limiter à ce que le client peut nous dire. 

Mind Mapping

“If brain is the lock, mind mapis the key!”

A Mind-Map est un diagramme utilisé pour représenter des mots, des idées, tâches ou autres éléments liés et disposés radialement autour d’un mot clé ou une idée centrale. Il est utilisé pour générer, visualiser, structurer et classer les idées, et comme une aide dans l’étude, l’organisation, la résolution de problèmes et la prise de décision.

Le plus souvent, le Mind-Map comporte des images, des mots et des lignes. Les éléments sont disposés en général de manière intuitive ce qui facilite la prise de notes, et la diversité des idées.

On peut soit réaliser un Mind-Map à la main, en dessinant (comme le schéma ci-dessus) soit utiliser un outil informatique comme Freemind (celui que j’utilise) ou X-Mind pour ne citer que ces deux-là.

5P:

Cet outils est surtout décisif pour déterminer les causes profondes (si cela est nécessaire pour construire le modèle financier). Cet outil est très simple puisqu’il consiste à se poser successivement cinq fois la question “Pourquoi ?”. Il faudra surtout l’utiliser avec tact car le client pourrait se braquer. Rappelez vous les enfants, lorsqu’ils enchaînent les “Pourquoi”
QQOQCP (Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi)
Outil de collecte et de critique des informations. Il permet d’explorer rapidement et de caractériser une question sans omettre de points importants.
 
Finalité:
  • Organiser la pensée de façon systématique
  • Obtenir une bonne définition d’un problème
  • Examiner toutes les facettes, tous les contours d’une idée ou d’une situation
  • Constituer un questionnaire méthodique permettant une collecte exhaustive des informations pour analyser et critiquer une situation
  • Définir les modalités de la mise en oeuvre d’un plan d’action
Mise en œuvre:
Le QQOQCCP peut être utilisé seul ou en groupe et se décompose en 3 phases :
Phase 1 : Définition de l’objectif – Formuler clairement l’objectif de départ
Phase 2 : Analyse descriptive – Se poser les 6 questions de base (QQOQCCP)
Phase 3 : Analyse critique
  • Ajouter la question “Pourquoi?” après chacune des questions de base
  • Compléter l’analyse critique par les questions: Pourquoi (cause), Pour quoi (Objectif) et Combien (Quantification)
D’autres outils … (?)
 
Et voici une méthode que j’affectionne tout particulièrement sur ce site (pour la plaisir !!!)
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *